TRAITEMENT FIV

Notre taux de réussite pour le traitement par FIV est élevé. Grâce à cette technique, nous avons déjà aidé beaucoup de couples infertiles à réaliser leur désir de devenir parents.

Techniques de traitement de FIV

Types de stimulation

FIV en cycle naturel (FIV naturelle)

Aucune stimulation hormonale des ovaires n’est pratiquée dans le cadre d’une FIV en cycle naturelle. La ponction vise à prélever un ovocyte mature dans un ovaire. Le niveau de succès de cette méthode est relativement bas car seul un ovocyte est utilisé. La méthode est cependant adaptée aux femmes d’un âge plus avancé qui ont une réserve d’ovocytes limitée ou pour les femmes qui ne souhaitent pas de stimulation hormonale.

Stimulation minimale

Dans le cadre d’une stimulation minimale, le but est d’obtenir 2 à 6 ovocytes sains. Ce type de stimulation est très respectueux de la femme (des anti-estrogènes sont apportés sous forme de tablettes et d’injections à dose réduite). Les ovocytes obtenus sont le plus souvent fécondés par la méthode ICSI. Les embryons ainsi obtenus sont généralement transférés dans l’utérus après 3 jours de culture. Le succès de cette méthode est de 25 à 35 % et elle permet de diminuer le risque d’hyperstimulation ovarienne.

Stimulation avec protocole long aux analogues du GnRH

Le protocole long était la norme de stimulation en FIV avec l’utilisation d’une combinaison de deux traitements hormonaux. Un traitement ayant pour rôle de freiner l’activité des ovaires est tout d’abord donné avant d’être remplacé par un autre traitement dont le rôle est au contraire de stimuler les ovaires. Cette méthode donne de très bons résultats et permet d’obtenir un nombre d’ovocytes suffisant. Cependant, elle est souvent suivie par l’apparition du syndrome d’hyperstimulation ovarienne. Le succès du traitement est d'environ 40% de grossesses par transfert embryonnaire. Ce protocole est propice pour les femmes jeunes qui disposent d’une bonne réserve ovarienne. Il n’est recommandé ni aux femmes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), ni aux femmes d’un certain âge.

Protocole de stimulation aux agonistes du GnRH

Ce protocole de stimulation est aujourd’hui le plus fréquemment utilisé, il nécessite une utilisation moins importante d’hormones de stimulation et le traitement prend moins de temps que lors d’un protocole long. Il utilise aussi la combinaison de deux types de traitements. Le nombre d’ovocytes obtenus est généralement suffisant. Le succès du traitement est d'énviron 50% de grossesse par transfert embryonnaire. Ce traitement est essentiellement propice pour les femmes avec SOPK, pour les femmes plus âgées ou dans les cas où la stimulation avec protocole long n’a pas porté de succès.

Déroulement de la stimulation

Comment se fait la stimulation des ovaires ?

Pour que le traitement par fécondtaion in vitro réussisse, il est important d’obtenir des ovocytes de qualité. Plus le nombre d’ovocytes de qualité disponibles est important, plus la probabilité de disposer d'embryons de qualité pour le transfert embryonnaire est elle-même importante. Cependant, cela implique également une augmentation du risque de développement de complications, comme par exemple le syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO).

Le nombre d’ovocytes prélevés dépend surtout de l’âge de la patiente, de l’état de ses ovaires (réserve ovarienne) et du type de protocole de stimulation. Une stimulation correcte et bien contrôlée permet la croissance et la maturation d’un nombre adéquat de follicules et donc l'obtention d’un nombre suffisant d’ovocytes. Il est donc impératif de prendre tous les médicaments conformément au planning de traitement défini.

Comment utiliser les traitements de stimulation ?

Le traitement de chaque femme est individuel. La femme prend son traitement hormonal suivant le planning préalablement élaboré par son médecin. Au cours du 6ème ou du 7ème jour de la stimulation, une échographie de contrôle est effectuée pour vérifier le nombre et la taille des différents follicules. Cet examen permet de définir s’il est nécessaire d’augmenter ou de diminuer la dose d'hormones de stimulation. Puis, au cours des 2 jours précédents (34 – 36 heures) le prélèvement planifié des ovocytes, la femme s’applique une injection de hCG qui stimule la maturation de l’ovocyte.

SHO - Hyperstimulation ovarienne

Il s’agit d’une réaction des ovaires à la stimulation hormonale. Le SHO est accompagnée de douleurs dans le bas-ventre, de nausées, de présence de liquide dans la cavité abdominale et d’une croissance des ovaires. Les formes graves de SHO, comme les troubles du milieu interne ou les problèmes de coagulation sanguine, sont aujourd’hui devenus très rares.

La prévention de la SHO englobe un suivi attentif du niveau hormonal lors de la stimulation, un contrôle régulier par échographie des ovaires et une modification individuelle du dosage des préparations hormonales destinées à la stimulation.

Ponction des ovocytes

Comment se passe la ponction des ovocytes ?

La ponction des ovocytes a lieu dans les 34 à 36 heures après l’application de l'injection de hCG avec contrôle échographique sous anesthésie générale. Chaque ovocyte prélevé est contrôlé sous microscope, mis dans une boîte de culture spéciale puis placé dans un incubateur.

Le jour de la ponction, la femme se rend à la clinique le matin, à l’heure préalablement définie (sans maquillage et sans objets de valeur). Elle doit être à jeun, ne pas avoir bu, ni fumé depuis minuit.

Et après la ponction ovocytaire ?

Après la ponction, la femme doit rester au lit pendant 2 heures environ. Elle est alors informée du nombre d’ovocytes obtenus et de la qualité des spermatozoïdes (le partenaire remet l’échantillon de spermatozoïdes ce même jour). Après l’intervention, il est possible de demander un arrêt maladie.

A la sortie de la clinique, la femme doit impérativement être accompagnée, elle ne doit pas prendre le volant. Elle doit aussi prendre les traitements prescrits par le médecin et ce jusqu’à ce qu’elle effectue un test de grossesse. Si celui-ci est positif, et sauf avis contraire du médecin, elle continue de prendre ses traitements jusqu’à la 12ème semaine de grossesse. Les patientes qui prennent aussi d’autres médicaments continuent de les prendre selon les recommandations du médecin.

Certificat d’arrêt maladie après la ponction

Il suffit de demander à l’infirmière à la réception de la clinique et le certificat de maladie vous sera délivré.

Fécondation (classique, ICSI, PICSI)

Fécondation classique - FIV

La fécondation classique est utilisée pour les couples avec un spermogramme correct et un nombre d’ovocytes suffisant. Après la ponction des ovocytes, les spermatozoïdes traités du partenaire sont ajoutés dans des conditions idéales, identiques à celles du corps humain. 24 heures plus tard, l’embryologiste vérifie sous microscope si la fécondation de l’ovocyte a bien eu lieu. Le succès de la fécondation est compris entre 50 et 70 % en fonction de la qualité des spermatozoïdes et des ovocytes. 

Méthode de l’injection spermatique - ICSI

Lors de cette méthode de micromanipulation, chaque spermatozoïde est injecté directement dans l’ovocyte. L’ICSI est réalisée avec un appareil spécial, le micromanipulateur. Le succès de la fécondation atteint alors jusqu’à 90 %.

Cette méthode est propice pour les couples disposant de spermatozoïdes de mauvaise qualité ou pour les couples pour lesquels le nombre d’ovocytes prélevés est réduit. Pour certains couples (souffrant d’une défaillance grave de la spermatogenèse), l’utilisation de cette méthode est inévitable. Par rapport à une fécondation classique, le principe de la méthode ICSI, c’est-à-dire le prélèvement des spermatozoïdes, mais aussi des ovocytes, permet de considérablement augmenter la probabilité de formation d’un embryon de qualité.

Technique de sélection des meilleurs spermatozoïdes - PICSI

PICSI est une méthode ICSI modifiée au cours de laquelle la fécondation se fait avec des spermatozoïdes matures, spécifiquement sélectionnés par liaison au gel de hyaluronan. L’acide hyaluronique est une substance qui se trouve dans l’enveloppe de l’ovocyte et qui prend part à la liaison ovocyte - spermatozoïde. Seuls les spermatozoïdes mûrs sont capables d’effectuer cette liaison et il a été prouvé que le nombre d’anomalies chromosomiques sur de tels spermatozoïdes étaient largement moins important.

Culture des embryons

Evaluation de la qualité des embryons

Le succès de la fécondation est évalué par l’embryologiste sous microscope après 16 à 18 heures.. À ce stade, les embryons s’appellent des pronuclei. Leur nombre dépend de la qualité des spermatozoïdes, des ovocytes et de la méthode de fécondation utilisée. Il est très difficile d’évaluer la qualité des embryons au stade de pronuclei. La « culture prolongée » permet donc d’évaluer la qualité des embryons. Des milieux de culture spéciaux rendent possible la croissance des embryons jusqu’à des stades plus développés. Il est alors possible de distinguer les embryons qui se développent de manière correcte par rapport à ceux qui présentent un retard de croissance, voire même qui ne se développent plus du tout, et ainsi de choisir les embryons de qualité pour le transfert d’embryon. La décision sur le jour de culture le plus propice au transfert d’embryon dépend du nombre et du stade de développement des différents embryons ; cette décision est de la responsabilité exclusive de l’embryologiste.

Eclosion assistée (hatching assisté)

Qu'est-ce que l’éclosion assistée ?

L'embryon humain en développement est recouvert d’une mince couverture. Avant de s’implanter dans la muqueuse utérine, l’embryon doit quitter cette enveloppe externe. Pour une partie des patientes, surtout lorsqu’elles sont un peu plus âgées, cette enveloppe est plus épaisse. L’éclosion assistée consiste donc à aider l’embryon à sortir de son enveloppe, elle est pratiquée au laboratoire par rayon laser. Plusieurs études scientifiques ont démontré l’efficacité de cette methode.

Transfert embryonnaire

Quand est effectué le transfert embryonnaire ?

Le transfert embryonnaire dans l’utérus se fait généralement au 5ème ou 6ème jour qui suit la ponction ovocytaire. La décision précise est prise en fonction du nombre et du stade de développement des différents embryons.

Comment le transfert embryonnaire a-t-il lieu ?

Le transfert d’embryon est indolore, il se fait sans anesthésie générale. Il ressemble à un examen gynécologique habituel. Le médecin introduit les embryons dans l’utérus sous contrôle direct par échographie. La patiente et son partenaire ont la possibilité de voir leur(s) embryon(s) à l’écran et d’observer leur(s) transfert dans l’utérus.

Retour à la vie courante après un transfert embryonnaire

Après le transfert d’embryon, la femme reste 10 à 15 minutes allongée dans la salle, puis l’infirmière lui donne une ordonnance avec les médicaments nécessaires, avant de l’accompagner au service administratif.

Il est recommandé de rester au calme pendant les deux journées qui suivent le transfert embryonnaire. Une vie normale peut être reprise dès le troisième jour.

Diagnostic préimplantatoire (DPI)

Qu’est-ce que le DPI ?

Le diagnostic préimplantatoire est un examen génétique de l’embryon qui a lieu avant son transfert dans la cavité utérine. L’examen génétique se fait à partir d’une seule cellule prélevée sur l’embryon en développement. Le prélèvement a généralement lieu au 5ème jour de développement d’embryon.

Cette intervention n’endommage pas du tout l’embryon car à ce stade primitif de développement, il est en mesure de facilement réparer la perte de cellules.

Quand a-t-on recours à cet examen ?

La raison la plus courante d’un examen génétique avant implantation est la présence d’une aberration chromosomique chez l’un des parents. Le DPI peut aussi être recommandé lorsque le couple a déjà donné naissance à un enfant souffrant d’une anomalie génétique, que l’âge de la femme est déjà avancé, que le couple a déjà connu des fausses-couches répétées ou qu’aucun traitement de l’infertilité n’a donné de résultats.

Cryoconservation et vitrification

La cryoconservation est une technique de congélation des cellules de reproduction qui utilise des milieux spéciaux pour la conservation dans de l’azote liquide à une température de -196 °C. Cette méthode permet de sauvegarder des cellules de reproduction pendant de nombreuses années (plusieurs décennies même).

La cryoconservation classique permet de conserver les embryons et les échantillons de spermatozoïdes. Une congélation ultra rapide (vitrification) rend également possible la conservation des ovocytes.

Nous sommes persuadés que vous serez satisfaits de nos soins et de notre approche.

Dr. Marek Koudelka 
Directeur de la clinique

 

NOUS ACCUEILLONS DES PATIENTS PROVENANT DE 90 PAYS DIFFERENTS.

La clinique REPROFIT appartient à l´élite européenne du domaine de la médecine de la reproduction. Nous mettons l´accent sur la qualité des soins fournis et surtout sur votre confort. Notre meilleure récompense est de lire les messages d’heureux parents du monde entier.

Nous parlons couramment 8 langues
(français, anglais, allemand, italien, tchèque, roumain, hongrois, polonais)
Nous vous accompagnons durant tout le cycle de traitement. Nous réglons avec vous les aspects administratifs nécessaires. Si vous le souhaitez, nous pouvons vous recommander un hébergement. Nous nous tenons toujours à votre disposition.